LE MYTHE DU SALE BOCHE

LA STIGMATISATION DE L’ALLEMAGNE À DES FINS HÉGÉMONIQUES

by Benton L. Bradberry


Formats

Softcover
$28.99
E-Book
$3.99
Softcover
$28.99

Book Details

Language : English
Publication Date : 7/16/2018

Format : Softcover
Dimensions : 6x9
Page Count : 502
ISBN : 9781546251408
Format : E-Book
Dimensions : N/A
Page Count : 502
ISBN : 9781546251392

About the Book

Comme l’indique le titre, Le mythe du sale boche, les Allemands ne sont pas les ultimes « vilains » de l’histoire. Ils ne sont pas non plus, comme le veut la version officielle, les saboteurs de la paix européenne et la cause des deux Guerres mondiales du siècle dernier. Les atrocités qu’ils auraient soi-disant perpétrées durant ces conflits armés furent inventées de toute pièce par la propagande alliée afin d’obtenir l'appui de l'opinion publique. La propagande de la Shoah, qui est apparue après la Seconde Guerre mondiale, a par ailleurs grandement contribué à consolider cette haine du « sale boche ». Mais cette version officielle de l’histoire est-elle véridique ? L'Allemagne est-elle réellement l'incarnation du mal absolu ? Dans ce livre, l'auteur brosse un tableau différent. Il explique en effet que l'Allemagne n'était la cause ni de la Première ni de la Seconde Guerre mondiale, mais dans les deux cas, la victime de l’agression des alliés. L'instabilité engendrée par la guerre 14-18 a permis à la révolution bolchévique russe de 1917 d’éclater, ce qui a apporté au monde le communisme. Or, Hitler et l'Allemagne ont tout de suite compris que le communisme international, de sa base en Union soviétique, était une menace existentielle non seulement pour l'Occident, mais pour toute la civilisation chrétienne. L'Allemagne hitlérienne a dès lors amorcé une lutte à mort contre cette idéologie sanguinaire. Loin d'être le saboteur de la paix européenne, l'Allemagne, en s’érigeant en rempart, a donc empêché la révolution bolchévique de s’étendre à toute l'Europe. Il est dommage que les alliés n'aient pas vu la Russie communiste sous le même jour que l’Allemagne. Cette alliance entre les pays occidentaux et le communisme a eu des conséquences désastreuses sur la civilisation occidentale chrétienne. L'auteur se dit convaincu que la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis se sont battus du mauvais côté.


About the Author

Benton L. Bradberry a servi comme officier et pilote dans la marine des États-Unis de 1955 à 1977, soit pratiquement du début de la guerre froide à sa fin. Sa génération a grandi submer-gée jusqu'au cou dans la propagande shoatique et la germanophobie la plus primaire. Puis, lors-qu'il a servi dans la marine américaine, il a été submergé cette fois-ci par la propagande anti-communiste et la psychose de la guerre propre à l'ère de la guerre froide. Fasciné depuis tou-jours par l'histoire de cette époque, il a beaucoup approfondi ses aspects par ses lectures. Pen-dant ses années dans la marine, il a eu l'occasion de voyager presque partout en Europe. Il a aussi passé beaucoup de temps en Europe en tant que civil. Sceptique de nature, il se doutait bien depuis longtemps que la propagande ne disait pas l’essentiel. Ayant passé des années à fouiller « l'envers de la médaille », il a dès lors écrit un livre sur les fruits de ses recherches ex-haustives. L'auteur est un diplômé en science politique et en relations internationales de la Na-val Post Graduate School (École des études supérieures de la marine) de Monterey, en Califor-nie.